Financement / Juridique

Comment financer l’investissement pour son entreprise ?

Comment financer l’investissement pour son entreprise ?

Toute entreprise a besoin de financements pour exister déjà, pour fonctionner au quotidien et pour se développer ensuite. Le financement est un élément majeur dans la création, l’exploitation et le redéploiement d’une entreprise. Sans financement d’où qu’il puisse venir, une entreprise n’est pas viable, elle qui souvent engage des dépenses (investissements) avant d’espérer faire des recettes comme lors de sa création pour les terrains, les bâtiments, les équipements et matériels… Un financement sert à payer les salaires des employés, les factures des fournisseurs, toutes les charges induites par ces activités. C’est par conséquent, une ressource indispensable pour l’entreprise.

Bien réfléchir, pour bien choisir

Donc, pour faire fonctionner ses activités quotidiennes, pour supporter les frais et les charges d’exploitation ou encore pour s’agrandir, l’entreprise doit faire des investissements et donc, trouver les ressources pour le faire. Plusieurs options s’offrent à l’entreprise pour financer ses investissements soit par ses propres moyens ou par des moyens extérieurs, qui sont comme :

  • autofinancement
  • crédit bancaire
  • endettement de marché
  • augmentation des capitaux propres

Une nouvelle forme de financement de l’investissement vient s’ajouter ces derniers temps, c’est le crowdfunding, un financement via internet et les réseaux sociaux, lequel se fait par le biais de particuliers qui trouvent le projet intéressant. Cette forme de financement peut constituer une part de l’investissement

Il est évident que la taille de l’entreprise impacte sur le mode de financement à choisir. Une entreprise, cela peut être une petite entreprise familiale, une plus grande ou une multinationale tout simplement

L’autofinancement est-ce la meilleure option ?

Il faut comprendre que le financement par les propres moyens de l’entreprise c’est le financement par fonds propres, c’est l’autofinancement. Ce qui revient à dire que l’entreprise recourt à ses ressources internes générées par son activité antérieure et encore disponibles. C’est la plus pratique et la plus facile à mettre en place, dans la mesure où elle est économique, l’entreprise n’a rien à devoir à personne et en plus elle a la latitude de disposer comme elle entend de ses ressources sans accord préalable externe ni compte à rendre, ni obligation surtout. C’est pourquoi, c’est la formule la plus prisée. D’ailleurs, ce sont pratiquement toutes les entreprises qui la privilégient par rapport aux autres possibilités.

Lire aussi :   Financer son entreprise grâce au CrowdFunding : comment s'y prendre ?

Une autre forme de financement, beaucoup moins usitée, c’est l’augmentation du capital. C’est une alternative difficilement réalisable, parce qu’il n’est pas aisé de trouver des bailleurs de fonds extérieurs à l’entreprise. Ensuite, vous avez la cession des actifs de l’entreprise (éléments) qui permet également de recueillir de capitaux

Sinon, vous avez les ressources extérieures pour financer vos investissements comme les emprunts ou endettements auprès des organismes financiers comme les banques et autres…Les fonds propres étant généralement insuffisants pour financer la totalité des investissements, surtout si l’entreprise est importante. Vous avez également comme financement l’émission de titres de créances comme des obligations ou billets de trésorerie.

Autant les finances externes que les internes toutes sont des finances directes sauf les crédits bancaires (emprunts) qui sont des finances par intermédiaires

Il ne faut pas oublier que l’entreprise se gère avec le souci de garder un équilibre financier permanent . Donc, pour faire le meilleur choix quant au mode de financement de son investissement, elle doit tenir compte de ses possibilités (sa situation financière) et des contraintes qu’elle aura à gérer et des obligations qu’elle doit respecter.

Donc, l’entreprise veille à éliminer tout risque de se retrouver en cessation de paiement et dans l’incapacité de payer ses échéances à court terme, auquel cas la banqueroute est inévitable

Par ailleurs, l’entreprise se doit de garder sa solvabilité et sa crédibilité en honorant à la lettre et dans les temps, ses engagements avec ses fournisseurs et sa banque pour que les relations restent excellentes

Post Comment

Entreprendre-france.fr