Accueil Créer son entreprise Comment se lancer dans la micro-entreprise ?

Comment se lancer dans la micro-entreprise ?

Comment se lancer dans la micro-entreprise ?

La création d’une micro-entreprise convient quasiment aux entrepreneurs et à ceux qui souhaitent mener une activité de petite envergure. Il ne s’agit pas d’un statut proprement dit mais plutôt d’un régime fiscal. Avant de se lancer dans la micro-entreprise, il est important de connaître les différentes étapes de création

Mieux comprendre le régime micro-entreprise

Le régime micro-entreprise n’est pas un statut d’entreprise mais plutôt un régime fiscal. Ce régime est accessible à tout individu souhaitant créer une :

  • Entreprise individuelle.
  • EIRL.
  • IR.

L’EIRL et IR son entrée en vigueur compte tenu de la loi Sapin 2 fondée en 2016. Pour créer une micro-entreprise, il faut alors choisit le statut juridique le plus adapté à son activité. En tant qu’entrepreneur, vous devez alors opter pour :

  • Un régime micro-social.
  • Un versement fiscal libératoire.

Dans les deux cas, vous devez toujours tenir une comptabilité. 

Les étapes d’une création de micro-entreprise

Faire une déclaration d’activité de micro-entrepreneur

Si vous décidez d’ouvrir une entreprise individuelle, il est important de faire une déclaration d’activité de micro-entrepreneur. D’ailleurs, l’entreprise individuelle est le statut la plus courante de nos jours. Il faut alors lancer la démarche sur internet ou se rapprocher d’un organisme responsable notamment le centre de formalités des entreprises compétent. Vous devez ensuite remplir soit : 

  • Un formulaire P0 CMB micro-entrepreneur
  • Un formulaire P0 PL micro-entrepreneur.

Les démarches pour l’EIRL

Pour faire une déclaration de création d’entreprise EIRL, c’est-à-dire que l’entrepreneur exerce son nom propre, il faut : 

  • Déclarer l’affectation de patrimoine.
  • Remplir les formulaires officiels pour la déclaration.

L’EIRL offre une protection durable de son patrimoine personnel car il ne sera pas affecté par la créance. 

Les démarches pour l’EURL

Il est possible en effet d’exercer en EURL. Pour la constitution de votre société en régime micro-entreprise, les démarches sont assez fastidieuses car vous allez créer une société unipersonnelle : 

  • Rédiger des statuts.
  • Faire une publication d’avis de constitution.
  • Faire un dépôt d’apports en nature.
  • Remplir un formulaire de demande d’immatriculation d’une personne morale.

Cependant, ce statut ne vous garantit pas la protection de votre patrimoine personnel. 

Opter pour une domiciliation d’entreprise

Si vous êtres auto-entreprise, la domiciliation d’entreprise reste une option. En principe, vous donnez une adresse administrative, sociale mais aussi fiscale à votre entreprise. Vous êtes libres alors de choisir votre adresse administrative. Voici quelques options : 

  • Votre adresse personnelle.
  • Un local commercial.
  • Une pépinière d’entreprise.
  • Un espace de coworking.
  • Une entreprise de domiciliation.

De cette manière, vous ne serez pas contraint de louer un local d’entreprise ou d’être présent tous les jours dans votre local. En revanche, vous pourrez vous y rendre pour passer des coups de fil, pour des réunions d’affaires ou pour prendre vos courriers. 

La fiscalité en micro-entreprise ?

En micro-entreprise, il est important de connaître les démarches fiscales. De nombreux changements ont été mis en vigueur depuis ces deux dernières années. Il s’agit de :

  • Prélèvement d’impôt sur le revenu sous forme d’acomptes

 L’administration fiscale va donc calculer les acomptes sur la base de la déclaration de revenus de l’an dernier. Outre cela, il est possible de bénéficier d’un taux de fiscalité faible selon la ville de domiciliation de votre entreprise. Par exemple, à Paris, ce taux est résolument faible. 

  • Prélèvement d’impôt libératoire

En tant qu’autoentrepreneur, ce versement paraître attractif si vous ne dépassez pas un revenu 27 519 € soit par part du quotient familial. 

  • Cotisation Foncière des Entreprises ( CFE)

Si vous êtes un micro-entrepreneur et si votre chiffre d’affaires annuel n’excède pas les 5000 euros, vous profiterez alors d’une exonération au CFE mais aussi une exonération des taxes au CCI et au CMA.

La sécurité sociale en micro-entreprise

Evidemment, un statut d’auto-entrepreneur permet de mener une activité artisanale, commerciale ou libérale. Il est possible également de jouir d’une bonne protection sociale avec ce régime fiscal. Vous devez alors faire des cotisations sociales car vous êtes normalement affiliés au Régime général de la Sécurité sociale. Ainsi, tout comme les travailleurs indépendants, vous profiterez des mêmes avantages qu’eux en matière de couverture sociale : 

  • Assurance maladie et maternité.
  • Indemnité journalière forfaitaire d’interruption d’activité.
  • Allocation forfaitaire de repos maternel.
  • Congé de paternité du micro-entrepreneur.
  • Assurance vieillesse.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Entreprendre-france.fr